Snap Deus
Image & Communication
oldkey.png

The Blog

About logo and more…

Logo Story #04 The Euro Flag

L'actualité du brexit aidant et inspiré par toutes les publications illustrant l'étoile déchue du drapeau européen, je me suis dit qu'il était peut-être temps de parler d'un autre type de logo: un drapeau cette fois, celui de l'Europe. Ou comment ce symbole est-il né ? D'abord il faut savoir que ce choix ne s'est pas fait en un jour. La période de 5 ans qui fut nécessaire pour mettre tout le monde d'accord autours de cet étendard, aurait du d'ailleurs "nous" alerter sur le temps qu'il faudrait à l'Europe pour se bâtir. Cette longue période de réflexion a laissé derrière elle pas mal de prototypes ! Aujourd'hui, je vais vous la faire en étape…


Le rejet total : Tout commence donc en 1950. Lorsque le Conseil de l'Europe, dont la mission est de défendre les droits de l'Homme et de promouvoir la culture, cherche un symbole susceptible de traduire ses valeurs spirituelles et morales qui sont le patrimoine commun des peuples qui le composent. L'appel à projet voit passer plusieurs propositions dont l'immonde drapeau du Mouvement Européen, moqué alors comme "un caleçon séchant sur un près" et celui du Mouvement Pan-Europe, arborant fièrement une croix rouge au milieu d'un cercle de douze étoiles (tiens tiens…) que la Turquie refusera pour les valeurs qui lui sont propres. Faut dire que ce petit côté "croisade"…

Et si on réessayait ? : Deux ans plus tard, Le projet est ranimé lors d'une exposition au palais de Tokyo. Un artiste japonais présente une grande étoile dorée sur fond bleu (Non… Pas Murakami). Les couleurs bleu et or firent des adeptes, et plusieurs propositions surfant sur la vague virent le jour. Salvador de Madariaga livra un joli concept en remplaçant les capitales par des étoiles, créant ainsi une constellation "européenne". D'autres proposions à base de croix virent le jour, et comme d'hab', furent refusées, mais pour des raisons de laïcité cette fois. En 1953, Le Conseil présente un fond d'azur portant un cercle de quinze étoiles d'or, symboles de ses 15 États membres, mais les Allemands s'opposent à ce que la Sarre, qui siégeait au Conseil, ait sa propre étoile pour (en gros) ne pas lui laisser chopper la grosse tête. En 1954, le conseil persiste et présente cette fois huit anneaux d'or, mais ses interprétations possibles avec les chaînes de la servitude et le cadran téléphonique ne pencheront pas non plus en sa faveur. 

Le trop beau Madariaga European Flag…

Revenir à l'essentiel : En 1955, Arsène Heitz, un peintre strasbourgeois et agent du Conseil de l'Europe, décida qu'il avait assez cotisé et justifia enfin son boulot en présentant la  proposition que nous connaissons aujourd'hui. Il reprend le drapeau de la Pan-Europe et vire le rond central. Cette illumination, il l'eut pendant une fête de l'assomption, alors qu'il lisait l'introït du 15 Août : "Un signe grandiose est apparu dans le ciel, une femme (La Vierge Marie) revêtue du soleil, la lune sous ses pieds, et sur sa tête une couronne de douze étoiles". Pour faire diversion sur l'origine des étoiles, on présenta le projet en parlant de symbolisme numérologique, le douze représentant le "mouvement dans la stabilité" (Ou la stabilité dans le mouvement…). En tout cas, ce ne pouvait plus être pour ses nations, le Conseil de l'Europe ne comportait plus douze membres depuis 1949.

Le 25 octobre 1955, l'Assemblée parlementaire valide à l'unanimité la proposition. Le Comité des ministres du Conseil de l'Europe l'adopte définitivement lors de sa réunion du 9 décembre 1955 alors que le texte portant sur l'adoption du drapeau est signé le 8 décembre 1955, le jour du 101 ème anniversaire du dogme de l'Immaculée conception. La bannière est inaugurée solennellement le 13 décembre de la même année à Paris. Right on time !

Bref… Tout ça pour te dire cher lecteur, qu'un signe religieux en cache souvent un autre. L'étoile déchue qu'on prête aux anglais concerne finalement toute l'Europe. Elle est plus que jamais l'illustration de la foi européenne perdue… Ola. Faut que je vous laisse. Je dois regarder la bourse. Salut.